EAU SECOURS

Prix Essor 2012 - Culture pour tous – Prix forces Avenir – Projet Engagé, environnement

par Annie-Claude St-Jean

Slider
Annie-Claude St-Jean

Annie-Claude St-Jean

Enseignante en art dramatique, arts de la scène

Biographie

Autres publications de cet auteur

    L’inquiétude grandissante des jeunes face aux changements climatiques a donné naissance au projet Eau Secours. Avec une facture esthétique propre aux arts plastiques, c’est par le biais de l’art dramatique que cette initiative est passée d’une pièce de théâtre à un événement d’éveil de conscience environnementale. Construit autour de quatre tableaux, Arctique / fonte des glaciers, Suède / pluies acides, Afrique / désertification, Bangladesh / inondations, le spectacle demeure le pivot central d’une cohorte étudiante à l’autre. Effectivement, le projet se déploie sur 3 années scolaires, accueillant à chaque fois depuis 2011-2012 une nouvelle cohorte qu’il intègre à l’approche engagée de tout le processus précédent. C’est ainsi que le principe d’arborescence s’applique, construisant un nouveau réseau en relais.

    Produit multidisciplinaire associant le génie plastique et théâtral des élèves, Eau Secours fait rigoureusement appel à la recherche, au questionnement, aux apprentissages et à leurs applications dans un format malléable en développement constant, élargissant sa portée vers une mobilisation citoyenne de plus en plus engagée. De la mappemonde en bouteilles d’eau recyclées jusqu’aux capsules informatives, en passant par les représentations théâtrales à caractère écologique ainsi qu’au mur à idées où l’on inscrit gestes et solutions pour un changement durable, les arts deviennent rassembleurs, et les élèves, passeurs d’espoir pour tous. À juste titre, le projet sera en 2013-2014 humanitaire : les événements qui se grefferont au spectacle initial cibleront particulièrement la levée de fonds pour la construction d’un puits.

    Eau Secours a sensibilisé notre communauté scolaire et notre communauté sociale: la collecte et la récupération sont dorénavant plus systématiques à l’école, la nouvelle cohorte étudiante amène le projet hors de nos murs par la présentation d’un événement interactif au Centre d’Interprétation de l’Eau de Laval lors des journées de la culture.  Également, les prix remportés et les bourses octroyées confirment la valeur sociale, communautaire et rassembleuse de la volonté des jeunes à joindre le geste à la parole. C’est l’ingéniosité et l’appartenance de ces jeunes à leur école publique qui rejaillit sur l’ensemble de l’institution et dont les commissaires sont particulièrement fiers.

    Enfin, le fait de poser des gestes concrets et de suggérer des alternatives rallie par la même occasion les autres enseignants, dont la volonté mobilise les parents que l’on peine pourtant à rejoindre au secondaire et sollicite l’intérêt de partenaires heureux de retravailler avec nos jeunes. Cette mobilisation vers le changement nécessite une implication médiatrice des élèves, des enseignants et du public : questionnements, collectes et transmission d’informations, interdisciplinarité et interaction avec des artistes, réinvestissement des connaissances dans un cadre ludique, tout cela concorde à renforcer la motivation et la persévérance scolaire et humanitaire.

    De plus, les élèves apprennent à se dépasser avec des objectifs qui sortent du cadre scolaire, vivent une expérience hors du commun apportant confiance et espoir à  chacun.

    L’aventure Eau secours laisse ses traces, elle est archivée dans la revue « Brève » de la Société littéraire de Laval et dans les divers quotidiens de la région. Les élèves impliqués contribuent à l’effet boule de neige: ils ont effectivement le sentiment d’appartenir à un projet durable. Les liens tissés entre eux et avec les autres créent un climat de fierté; le succès, la persévérance et le travail deviennent un moteur puissant d’estime et de reconnaissance. De plus, la commission scolaire et notre direction appuient tous ces gestes posés par cette génération d’élèves, ceux-là même qui, souvent en toute naïveté,  initient les questionnements.

    Artistes invités qui ont participé au projet Eau secours

    Émilie Coulombe, chorégraphe Ensemble Les pieds légers

    Lorraine Beaulieu, artiste en arts visuels

    Danielle Labbé, scénographe et costumière

    Julien Cloutier, photographe

    Leslie Piché, poète et auteur

    Soutien spécial

    Conférence régionale des élus de Laval (CRÉ)

    C.I.Eau centre d’interprétation de l’eau

    Laisser un commentaire

    Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

    AQESAP bandeau publicitaire Revuevision.ca
    Slider

    UNE VISION DE L’ART+

    Spring Break 2018

    Gilbert Gosselin et Marc Laforest

    UNE VISION D'ENSEIGNEMENT

    UNE VISION QUI SE QUESTIONNE