Faire des ponts entre l’art sonore et les technologies dans la classe d’arts plastiques

par Ehsan Akbari

Slider
Ehsan Akbari

Ehsan Akbari

Étudiant au doctorat en éducation artistique Université Concordia

Biographie

Autres publications de cet auteur

English version

Comme de nombreuses écoles secondaires au Québec, l’école secondaire Villa-Maria à Montréal a récemment introduit un programme d’utilisation de la tablette numérique afin d’aborder les questions de la citoyenneté numérique responsable et afin d’encourager l’utilisation des nouvelles technologies. Les enseignants sont donc amenés depuis à intégrer diverses applications numériques mobiles à leurs pratiques éducatives. Cela soulève quelques questions intéressantes pour les éducateurs d’art : comment ces outils peuvent-ils être utilisés dans une classe d’art? Comment les tablettes numériques peuvent-elles être avantageuses pour les enseignements et les apprentissages? Quels genres de projets de création est-il possible de développer avec ces nouveaux types d’interfaces?

Pour aborder ces questions, nous avons développé un projet artistique avec Garage Band, un logiciel de Apple gratuit et facile à utiliser pour l’enregistrement et le montage du son, afin d’introduire les élèves à des notions telles que le paysage ou la randonnée sonore, la cartographie auditive ou l’installation sonore. Il est à noter ici que le iPad et le logiciel Garage Band ne sont pas essentiels; une grande variété de logiciels d’enregistrement peuvent être utilisés sur d’autres plateformes. Dans la même lignée que les travaux de la technomarche d’Yves Amyot (2010) ou les promenades guidées de Scott Macleod (2015) présentés dans le dernier numéro de Vision, nous proposons ici une approche pédagogique de la marche ou l’accent est mis sur le médium du son. Pour ce projet, nous avons demandé aux élèves de partir en promenade dans leur école dans le but d’enregistrer des sons, de faire le montage de ces sons à même leur appareil et de présenter leurs collages à la classe afin que toute la classe soit sensibilisée à l’environnement auditif du milieu.

Cet article a été produit dans le but d’aider les enseignants à appliquer cette leçon dans leur classe. Dans les prochains paragraphes, nous allons discuter de certains exemples artistiques inspirants, nous allons aborder certains problèmes techniques importants et nous allons fournir un plan de cours détaillé pour vous aider à profiter au maximum de toutes les possibilités créatives de l’art sonore. Nous terminerons en partageant quelques liens, ressources et suggestions de moyens que les éducateurs d’art peuvent mettre en œuvre à travers un tel projet. Nous encourageons les enseignants à disposer de ce projet et à se l’approprier afin que soient créés des ponts entre la technologie et la création artistique.

Inspiration et origines du projet

Nous avons premièrement été inspirés par deux artistes contemporains qui utilisent le son comme médium principal. L’artiste canadienne Janet Cardiff travaille avec le son où elle assemble de complexes installations sonores. Cette artiste crée des promenades sonores où le public est guidé à travers un espace physique par sa voix chuchotante transmise à travers des écouteurs. Ses oeuvres utilisent l’élément auditif pour que se créent des unions entre monde imaginaire, espace virtuel et environnement physique (Schaub et Cardiff, 2005). Dans l’oeuvre Forty Part Motet de Cardiff (2001), les voix des chanteurs d’une chorale sont enregistrées individuellement afin d’être rediffusées séparément à travers une série de hauts parleurs disposés en cercle. Le spectateur peut ainsi marcher tout autour de l’installation et entendre les voix de chaque chanteur ou se positionner au centre pour entendre le chant de la chorale comme un ensemble. Cette installation sonore met l’accent sur l’interconnectivité entre le son et l’espace, ainsi que sur la subjectivité de notre relation corporelle au son. Andra McCartney (2010) est une artiste qui enseigne au département des communications de l’Université Concordia à Montréal. Elle explore comment les randonnées sonores se basent sur la subjectivité de l’auditeur ou du marcheur pour que soient créées des expériences immersives uniques. Ces deux artistes ont en commun le fait de recourir à des sensations qui ne sont pas issues du visuel pour créer des expériences fortes où les notions d’espace et d’environnement sont mises en question. Le but de ce projet est donc de sensibiliser les élèves aux manières avec lesquelles ils entrent en relation avec leur environnement immédiat en leur proposant d’explorer le monde à travers leurs oreilles. Cette activité fut aussi développée dans le but d’amener les élèves à reconsidérer l’importance des messages non visuels dans le déploiement des œuvres issus de leur propre pratique artistique.

Plan de cours

Problème artistique : Comment créer un paysage sonore?

Les élèves entameront le processus en prenant une marche sonore pour se sensibiliser aux sons de leur école. Par la suite, ils feront un enregistrement de leur marche afin de capturer les sons qui, selon eux, sont représentatifs de leur école. Ils les combineront par la suite dans un montage qui aura pour but de reconstruire un paysage sonore qu’ils présenteront à leurs collègues de classe.

Objectifs :

  • Écouter, enregistrer et faire le montage des sons pour créer une composition de paysage sonore d’une minute
  • Présenter leur paysage sonore à la classe.

Calendrier de travail : 4 classes

Matériel : Tablette iPad, écouteurs, logiciel Garageband

Processus

Leçon 1 : Écoute active

Une façon efficace d’introduire le concept de randonnées sonores est de partir en promenade en pratiquant l’écoute active.

  • Introduire aux élèves des oeuvres d’artistes sonores telles que celles mentionnées ci-haut.
  • Susciter leur intérêt à l’aide de questions simples : « Quels sont les sons de votre école? ». Inviter les élèves à créer sur papier une liste des sons caractéristiques.
  • Demander aux élèves d’enrichir cette liste en prenant une marche sonore. Envoyer les élèves en petits groupes pour explorer l’école avec leurs oreilles et pour noter les sons perçus sur papier.

Cette liste est à la base de la prochaine étape.

Leçon 2 : Enregistrer une randonnée sonore

Durant cette leçon, les élèves travaillent en groupe pour compiler et enregistrer les sons qui représentent leur école.

  • Commencer avec une introduction à l’enregistrement avec GarageBand. Survoler les étapes pour créer un nouveau projet (éteindre le métronome, enregistrer, déplacer la tête de lecture, effacer et gérer les enregistrements) (ce dernier point est important pour éviter d’enregistrer par-dessus une piste précédente). Suite au survol des étapes de base d’enregistrement avec GarageBand, les élèves sont amenés à sortir la liste qu’ils ont rédigée lors de la leçon précédente. Ils peuvent maintenant choisir les sons qu’ils veulent enregistrer pour intégrer à leur composition en planifiant leurs excursions d’enregistrement. Ces enregistrements serviront à la leçon suivante.

Leçon 3 : Montage

Cette étape est la principale étape technique.

  • Démontrer l’usage des outils de montage de base tels que : coupe, boucle, superposition et ajout d’effets tels que réverbération.
  • Utiliser des notions de collage comme une analogie pour créer un environnement sonore. Les élèves peuvent supprimer, couper, mettre en boucle et superposer les sons d’une façon similaire au collage afin de transformer les sons ordinaires de l’école et ainsi créer une oeuvre d’art sonore.

Leçon 4 – Présentation

Durant la dernière leçon, les élèves présentent leur paysage sonore à leurs camarades de classe.

  • En écoutant chaque composition, les élèves doivent identifier les sons qu’ils entendent. Suite à l’écoute, les élèves peuvent discuter des similitudes et des différences dans la manière selon laquelle chacun des groupes a choisi de représenter l’environnement auditif de l’école. À ce stade, vous pouvez aussi introduire les élèves à des installations artistiques et à d’autres façons de développer davantage leur projet.

Expansions

Il existe une infinité de possibilités pour les enseignants d’art qui désirent développer des projets de création sonore. Par exemple, il est possible de passer par le paysage sonore pour introduire les élèves à la pratique contemporaine de l’installation. Les installations artistiques sonores sont des environnements immersifs qui transforment et jouent avec l’espace. Tel que mentionné avec l’exemple de la pièce Forty Piece Motet de Cardiff, l’arrangement sculptural des haut-parleurs crée et définit un autre type d’environnement. Le spectateur doit ainsi se déplacer à travers l’espace afin de découvrir les différentes facettes de l’œuvre. Dans la classe d’art, cette relation entre le son et l’espace pourrait être explorée à travers des installations immersives où les compositions de paysages sonores intègreraient des toiles, des photographies, de la danse, du mouvement ou des performances. Une autre option serait d’utiliser la composition de paysages auditifs comme bande sonore pour un projet d’art vidéo où les élèves ajoutent des éléments visuels en réponse au son. L’enseignant pourrait aussi choisir de fournir une vidéo sans son et demander aux élèves de créer un paysage sonore pour s’approprier le sens des images vidéo.

Conclusion

Lorsque nous avons présenté ces quatre leçons aux élèves en art de Villa-Maria, nous étions heureux de constater à quel point elles étaient enthousiastes à l’idée d’apprendre à modifier les sons avec Garage Band. Leurs compositions de paysages auditifs ont démontré une riche variété d’approches qui abordaient les multiples dimensions de l’environnement de leur école. Le projet s’est avéré être un excellent moyen de promouvoir l’expression créative et la collaboration, et d’introduire les élèves à l’art sonore et à l’installation. Ce projet nous a permis de mettre des appareils mobiles qui occupent de plus en plus de place dans notre quotidien au service de la création artistique multisensorielle.

Références

Amyot, Yves. (2010). The techno-walker. In J. Rahn & C. Mullen (Eds.), Viewfinding: perspectives on new media curriculum in the arts (pp. 107–130). New York: Peter Lang.

Cardiff, J. & Bures Miller, G. (2015). Janet Cardiff & George Bures Miller. http://www.cardiffmiller.com

McCartney, A. (2010) Soundwalking: creating moving environmental sound narratives. Soundwalking Interactions. https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/2010/09/27/soundwalking-creating-moving-environmental-sound-narratives/

MacLeod, G. S. (2015). Une marche historique autoguidée dans l’Griff: la promenade comme médium d’expérience. Vision, (79), 8–12.

Schaub, M., & Cardiff, J. (2005). The walk book. Vienna: Thyssen-Bornemisza Art Contemporary.

Amyot, Yves. (2010). The techno-walker. Dans J. Rahn et C. Mullen (dir.), Viewfinding: perspectives on new media curriculum in the arts (p. 107–130). New York: Peter Lang.

Cardiff, J. et Bures Miller, G. (2015). Janet Cardiff et George Bures Miller. Consulté à l’adresse http://www.cardiffmiller.com

McCartney, A. (2010) Soundwalking: creating moving environmental sound narratives. Soundwalking Interactions. Consulté à l’adresse https://soundwalkinginteractions.wordpress.com/2010/09/27/soundwalking-creating-moving-environmental-sound-narratives/

MacLeod, G. S. (2015). Une marche historique autoguidée dans l’Griff: la promenade comme médium d’expérience. Vision, (79), 8–12.

Schaub, M., et Cardiff, J. (2005). The walk book. Vienna: Thyssen-Bornemisza Art Contemporary.

Les tutoriels de Garage Band :
Vidéo de présentation : http://help.apple.com/garageband/interface/index.html#button-0
Travailler avec des boucles : http://youtube.com/HMuQchbJRG0

Ajouter et éditer une piste audio : http://www.youtube.com/watch?v=IP4jCUauUAU

Effets spéciaux et bouton d’information : http://www.youtube.com/watch?v=9VNyVQCXRpo

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

AQESAP bandeau publicitaire Revuevision.ca
Slider

UNE VISION DE L’ART+

Spring Break 2018

Gilbert Gosselin et Marc Laforest

UNE VISION D'ENSEIGNEMENT

UNE VISION QUI SE QUESTIONNE