L’École Fleur-des-Neiges

Les 25 ans d’existence d’une école artistique

par Lucie Denault

Slider
Lucie Denault

Lucie Denault

Enseignante spécialiste en danse créative, art dramatique, arts plastiques, Commission scolaire des Laurentides

Biographie

Autres publications de cet auteur

    Introduction

    Je débute ici en vous disant « déjà! ». Il y a déjà 24 ans que je suis à l’emploi de la Commission scolaire des Laurentides à l’école Fleur-des-Neiges comme spécialiste en arts. Fleur-des-Neiges est une école où j’ai pu exister en tant qu’artiste et être passeuse de connaissances artistiques, où j’ai pu transmettre aux enfants, aux enseignants et à la direction ma passion pour les arts. Le chemin s’est tracé pour moi de façon intuitive; conduite par ma passion, je suis arrivée à l’école au bon moment. Ma formation de base est celle d’une enseignante spécialiste en danse créative et art dramatique, j’ai  par la suite complété des études en arts plastiques.

    Quand les stagiaires que j’ai accueillis se sont exclamés « Que j’aimerais travailler ici! », je leur ai toujours répondu « Quel privilège pour moi! ».  Permettez-moi maintenant de vous inviter à la présentation de mon école.

    Historique

    La concentration Arts de l’école Fleur-des-Neiges de la Commission scolaire des Laurentides a vu le jour en septembre 1990. Ce qui est à souligner est que cette concentration a été créée à la demande de nombreux parents du milieu qui désiraient un projet particulier pour les enfants motivés par les arts.  Encore aujourd’hui et depuis bientôt 25 ans, l’école Fleur-de-Neiges est l’une des rares écoles publiques  à offrir ce type de programme pour les élèves du primaire au Québec. Ce programme d’une durée de quatre ans offre une formation scolaire générale ainsi qu’une formation artistique en musique, en danse créative, en art dramatique et en arts plastiques. Cette concentration est offerte aux élèves du deuxième et troisième cycle du primaire des quatre coins du territoire de la Commission scolaire des Laurentides.

    Une expérience acquise au fil du temps par l’équipe des professeurs, des spécialistes en arts et de la direction d’école.

    Durant les quatre années de la concentration Arts, les élèves reçoivent toute la formation dans les matières de base. Les enseignants titulaires engagés dans une telle formation veillent au respect du programme du Ministère, au même titre que tous les autres enseignants. Ils se doivent aussi de travailler en étroite collaboration avec les autres enseignants des cycles, et les trois professeurs spécialistes de piano, musique,  danse créative, art dramatique et arts plastiques.

    «C’est par une équipe stable d’enseignantes dévouées que s’installe une synergie qui permet à des projets audacieux et novateurs d’être réalisés tout en couvrant l’ensemble du curriculum du Programme de formation de l’école québécoise.»

    Stéphane Pipon, directeur

    Il est intéressant de souligner que, malgré la diminution des heures accordées aux matières de base, les élèves parviennent tout de même à développer leurs compétences dans celles-ci. Les élèves acquièrent une discipline de travail, une autonomie et un grand intérêt qui les rendent disponibles aux apprentissages.  L’impact de cette concentration contribue largement au développement global de l’être en sollicitant les trois types d’intelligence dont l’intelligence rationnelle (capacité à faire des liens et à saisir les concepts), l’intelligence pragmatique (capacité à saisir par l’expérimentation concrète) et l’intelligence intuitive, (capacité à imaginer et à créer à partir de l’intuition et de l’irrationnel)

    Le rôle des parents est aussi fondamental dans l’encadrement des élèves. Comme tous parents, ils ont à cœur les apprentissages de leurs enfants, ils fournissent de ce fait une étroite collaboration pour un cadre propice au travail personnel des élèves. Il s’est formé il y a 15 ans un comité de parent nommé Parents-Arts. Il est composé d’au moins un enseignant de la concentration, de la direction qui y est activement impliquée, et de parents volontaires. Son mandat principal est de soutenir les enseignantes dans l’organisation de spectacles, de sorties culturelles, et d’autres évènements. Son implication est primordiale pour entretenir l’importance des arts et pour le maintien d’une telle concentration dans la commission scolaire. En outre, une fondation a vu le jour il y a 10 ans afin d’aider la concentration à ouvrir davantage ses horizons par le biais de sorties culturelles à Montréal, Québec ou Ottawa.

    Les compétences disciplinaires, transversales sont aux premières loges tant au niveau artistique que disciplinaire (français, mathématiques, univers social, etc.)

    L’intégration des matières est réalisée au moyen d’une thématique annuelle qui oriente spécialistes et enseignants dans la préparation des apprentissages. Cette thématique est mise en place en vue de l’élaboration d’un spectacle de fin d’année, qui est présenté dans la mythique salle « Le Patriote »  de Sainte-Agathe-des-Monts. Comme il s’agit d’un projet intégrateur significatif non seulement axé sur les arts mais également sur les connaissances disciplinaires, la thématique annuelle répond aux compétences transversales du MEQ. Les spectacles de fin d’année sont des projets importants, préparés avec rigueur tant par l’implication des enseignants que des élèves. Cela implique également de nombreuses rencontres entre les enseignants et la direction tout au long de l’année.

    Les quelque 115 élèves de la concentration arts y participent. Tous dansent, jouent un rôle, chantent, font de la musique d’ensemble. Une vingtaine d’élèves jouent des pièces au piano, en solo ou en duo. Le décor est fait par les élèves lors des cours d’arts plastiques. Des saynètes sont aussi créées en lien avec le thème; les élèves sont alors les acteurs du spectacle. La direction et les enseignants tiennent parfois un rôle secondaire dans les saynètes, au grand plaisir des enfants et du public. La création occupe une part importante : dans les saynètes, le décor, plusieurs pièces de musique avec instrument (piano, jambé, tube, etc.) et les danses sont crées par les élèves.

    «Le spectacle au Patriote est le happening qui vient clore l’année scolaire.  Les élèves démontrent les heures de travail en classe dans les différentes matières et à la maison. C’est un ravissement à chaque année d’être témoin de ces réalisations.»

    Stéphane Pipon, directeur

    Un projet d’intégration

    Dans ce contexte artistique privilégié, le français, les autres disciplines et la culture générale sont constamment sollicités. À titre d’exemple, pour le cours d’art dramatique, une œuvre théâtrale est lue, mémorisée, jouée et interprétée devant un public, ce qui contribue à la communication orale sur scène. Au même titre, l’apprentissage de la musique développe l’espace cartésien, les sphères de la logique et du calcul. Les créations faites en équipe contribuent quant à elles largement à la socialisation, à la relation entre pairs, puisque les enfants sont confrontés tant à l’harmonie de la relation qu’à la différence de chacun.

    Un atout majeur pour une école publique et sa communauté

    Le programme de concentration Arts rayonne au niveau de son école, de sa communauté et de la région des Laurentides. À l’égard de son l’école, elle permet d’enrichir l’apprentissage artistique et le vécu de tous les élèves par des moments de décloisonnement, en tutorat, ou par des présentations fréquentes de spectacles ponctuels (Halloween, Noël, semaine des arts, journée de la culture, fin d’année). Aussi, le jumelage réalisé avec des classes régulières et d’adaptation scolaire permet également aux élèves qui aiment les arts d’approfondir leurs expériences artistiques. Cela encourage la complétude et la globalité du développement de l’enfant. La concentration Arts est dans un cadre bien structuré, ce qui permet à l’élève de se découvrir et de faire des découvertes stimulantes, riches et où le sentiment d’appartenance à un groupe est développé et présent (4 ans avec le même groupe).

    Les défis auxquels nous faisons face aujourd’hui

    Maintenir ce cadre en place, garder la concentration Arts active et en santé,  s’ouvrir à un bassin plus large d’élèves motivés par les arts sont les enjeux qui préoccupent l’équipe école. Pour ce faire, il est important de mesurer l’impact généré sur la motivation de l’élève. À mon avis, il est clair que la motivation est maintenue si le programme de formation est respecté dans sa globalité. Il m’apparait évident aussi qu’il y a de la place à l’enrichissement et à la création. En fait, le défi est de redonner aux enfants de la commission scolaire intéressés par les arts l’accessibilité à la formation artistique.

    « La concentration Arts, c’est super! Pour moi, c’est un gros privilège de faire partie de cette merveilleuse concentration. J’adore les arts, le piano, la danse, la musique, le théâtre et les arts plastiques. J’ai passé 4 ans dans cette fantastique école avec des professeurs extraordinaires et je peux vous dire que j’ai passé les 4 années les plus magiques de ma vie ». Océane Martin, 6ième année

    « Cela demande beaucoup d’effort, mais ça vaut la peine ». Antoine Delorme  4ième année

    Laisser un commentaire

    Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

    AQESAP bandeau publicitaire Revuevision.ca
    Slider

    UNE VISION DE L’ART+

    Spring Break 2018

    Gilbert Gosselin et Marc Laforest

    UNE VISION D'ENSEIGNEMENT

    LE « TRIALOGUE CULTUREL »

    Andrée-Caroline Boucher

    UNE VISION DE COLLABORATION

    UNE VISION QUI SE QUESTIONNE