UNE ÉCOLE 4 ARTS À MONTRÉAL

Entrevue réalisée auprès de Nancy Fortin, directrice et de Catherine Houle conseillère pédagogique à l‘école Lanaudière

par Daniel Charest

Slider
Daniel Charest

Daniel Charest

Professeur à l'école des arts visuels et médiatiques, UQAM

Biographie

Autres publications de cet auteur

D.C. En quoi votre école est si particulière ?

C.H. Les quatre disciplines artistiques –  la danse, les arts plastiques, la musique et l’art dramatique –  sont enseignées en continuité à notre école et nous en sommes fiers. Notre intention éducative étant de permettre aux élèves à développer un bagage culturel riche en expériences diverses et innovatrices.

D.C. Quelles sont les valeurs qui sous-tendent un tel choix ?

N.F. Nous tentons d’outiller l’élève pour lui permettre de mener à terme ses projets, tout en développant son autonomie. Nous valorisons des règles de vie en société, l’engagement dans l’action dans un esprit de coopération et de solidarité et développons une culture de la paix pour préparer nos jeunes citoyens. Notre projet promeut, concrètement dans les actions que nous menons, la démocratie et prépare les jeunes à devenir des citoyens responsables.

Note projet d’école a ceci de particulier : il favorise la motivation scolaire et développe un sentiment d’appartenance. Il offre un environnement éducatif adapté aux intérêts, aux aptitudes et aux besoins des enfants, ce qui favorise la réussite et l’intégration

D.C. Quels sont vos principaux objectifs éducatifs en lien avec les arts ?

N.F. Premièrement, nous voulons promouvoir la pratique des 4 arts au quotidien à travers diverses pratiques pédagogiques en classe, puis nous désirons mettre en place plus de projets innovateurs. En fait, notre nouveau projet éducatif comporte deux orientations : développer chez les élèves leurs compétences à rédiger des textes variées en intégrant les arts à l’enseignement des langues (écriture de saynètes, critique d’une visite au musée, lecture sur la vie d’un artiste, pièces de théâtre, etc.) et développer leur capacité de mener  des projets à terme.  Les arts sont à l’avant-plan dans les apprentissages scolaires.

D.C. De quelle  façon les arts sont-ils exploités par thématique?

C.H.  À tous les deux mois un art est « à l’honneur. Des rassemblements au gymnase sont organisés afin d’annoncer le nouvel art choisi et nous faisons un retour collectif où les élèves présentent leurs découvertes des deux derniers mois. Le fil conducteur de tous les projets de l’année est la valise. Chaque classe en a confectionné une à son image et y dépose les traces de ses réalisations et ses découvertes artistiques. Celles-ci seront présentées en mai lors de la semaine de prestations et d’expositions.

D.C.  Parlez-nous de votre organisation scolaire.

N.F. Tous les élèves ont plus de 5 heures d’activités artistiques par semaine (cours, sorties et activités culturelles, ateliers, projets). Les disciplines artistiques sont enseignées par des spécialistes.

D.C. De quelles réalisations ou projet êtes-vous les plus fières pour votre école?

N.F. Il y en a plusieurs, je vous invite d’ailleurs à vous rendre sur notre site pour en apprendre davantage sur notre projet thématique (le voyage artistique), le projet Les fenêtres qui parlent lors d’une Journée de la culture, l’activité d’improvisation Flash Mob chorégraphique de la Saint-Valentin, le projet Techno-Maths-Arts qui a été réalisé par un enseignant et des groupes d’élèves au local d’ébénisterie de l’école Jeanne-Mance, le projet Lire ça me faire sourire (lecture par les arts dramatiques) ainsi que la création d’une nouvelle troupe de danse. Nous sommes fiers de notre bibliothèque qui contient de nombreux titres concernant les arts que nous renouvelons à chaque année.  Nous misons aussi sur les technologies de l’information. De plus notre conseillère pédagogique propose une mise à jour continue des ressources web.

D.C. Avez-vous des partenaires ?

N.F.  L’école a beaucoup de ressources et nous les utilisons. Ainsi, nos parents (artistes, bénévole, membres du conseil d’établissement), nos éducateurs en service de garde, nos enseignants (titulaires et spécialistes) notre personnel de soutien, les professionnels sont considérés comme des partenaires  et de précieux collaborateurs à l’école. Nous faisons aussi appel à des chercheurs de l’UQAM, des artistes en danse, des personnes-ressources du Théâtre de l’Illusion, selon les projets ou activités. La collaboration de nos conseillères pédagogiques, à l’école et à la CSDM, profite aussi au développement de nos activités. Le Mois de la Culture (MELS) et les Journées de la Culture (MCCCF) sont, pour nous des moyens d’assurer une plus grande visibilité de l’activité culturelle et artistique à notre école.

D.C. Quels sont vos ressources financières ?

N.F. Nous avons, évidemment, un budget de base pour le fonctionnement de notre école et nous essayons d’utiliser les mesures et programmes qui sont accessibles. Par exemple, nous avons bénéficié de certains revenus issus du Programme alternative au décrochage scolaire du Plateau Mont-Royal, de la mesure Mon école est interculturelle (CSDM), du Fonds Écolo Métro, du comité de quartier  pour le programme Lire ça me fait sourire et de notre fondation à l’école.

Nous avons reçu la visite de quatre artistes, en lien avec les quatre disciplines artistiques (un art par cycle, pour toutes les classes) grâce au programme Culture à l’école.

D.C. Vous parlez d’une Fondation à votre école. En quoi sert-elle les arts ?

N.F. En 2010-2011, plus de 15000$ ont été répartis pour les sorties éducatives, la moitié du salaire d’une spécialiste en art dramatique, la chorale, les spectacles, le matériel artistique et de scène ainsi que divers projets de classe.

D.C. Est-ce que votre école a du rayonnement dans votre milieu ?

C.H. Notre école est reconnue dans le quartier pour la qualité de son enseignement et de ses projets en arts, mais la diffusion externe est minime.  Nous désirons un plus grand rayonnement dans notre commission scolaire et dans le milieu éducatif québécois car nous croyons avoir développé un modèle unique et transférable. Peu d’écoles au Québec offrent les 4 arts. Toute la communauté-école et plusieurs partenaires sont impliqués avec un même objectif : promouvoir les arts.

Nous avons eu une marque de reconnaissance, un Prix national Essor lors de la dernière année. Le prix Partenariat a été remis à notre école pour son projet Le festival de la danse. Dans le cadre du Festival de la danse, du 26 au 29 avril 2011, les élèves ont eu l’occasion de vivre une gamme d’activités leur faisant découvrir la danse sous tous ses angles : performances d’artistes professionnels et amateurs, ateliers de gumboot, cardio-danse et circuit d’ateliers thématiques.

 

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

AQESAP bandeau publicitaire Revuevision.ca
Slider

UNE VISION DE L’ART+

Spring Break 2018

Gilbert Gosselin et Marc Laforest

UNE VISION D'ENSEIGNEMENT

UNE VISION QUI SE QUESTIONNE