EcoleBranchee_pour_AQESAP
revue-vision-publicite-brault-et-bouthillier
bannière SMQ pour le site de Vision

Gilbert Gosselin et Christine Faucher

Christine Faucher

Biographie

Autres publications de cet auteur

    Cette nouvelle mouture de la revue Vision propose une fois de plus des articles de réflexion sur l’enseignement des arts : ses pratiques, ses enjeux et ses voies d’avenir. Dans le premier, les professeurs Pedro Mendonça et Catherine Nadon présentent les particularités d’une approche connue par l’acronyme TAB : Teaching Artistic Behavior. Cette pratique pédagogique, reliée aux niveaux primaire et secondaire, convie l’élève à s’approprier la posture de l’artiste. Le lectorat de Vision pourra s’initier aux principes, aux composantes et aux stratégies propres à l’approche TAB, laquelle fera l’objet d’une série d’articles dans la revue.  Associé plus spécifiquement au niveau secondaire, l’article d’Anne Deslauriers permet pour sa part d’approfondir la notion d’engagement en classe d’art. Adoptant une posture critique, il prend appui sur la récente thèse de cette professeure nouvellement embauchée à l’École des arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). L’article met en lumière le rôle crucial que joue la démarche réflexive dans cet « élan de reliance et de création de soi » pleinement investi qu’est l’engagement, celui de l’enseignant et celui de l’élève.

    Comme les précédentes contributions, ce numéro de Vision comprend un bloc d’articles portant sur les cultures populaire et juvénile abordées sous différents angles par Maude Houle-Robitaille, Alexandre Côté-Martel et Kloé Montreuil. La première auteure, finissante en enseignement des arts visuels et médiatiques (UQAM), fait état du projet de recherche pédagogique qu’elle a réalisé en stage IV dans une école secondaire : la Polyvalente Sainte-Thérèse. S’alimentant des intérêts des élèves pour la musique, la culture populaire et l’esthétique vintage, le projet de création intitulé 33 tours à jour leur a offert l’occasion d’explorer les possibles de ces phénomènes culturels tout en s’initiant à certains principes du design graphique. Dans l’article suivant, Alexandre Côté-Martel s’interroge sur les caractéristiques de la jeunesse actuelle ainsi que celles rattachées aux cultures visuelle et populaire. Rappelant comment les adolescents sont habilement « ciblés » par la culture de consommation, le jeune auteur insiste sur l’importance, chez l’enseignant en art, de les aider à développer des compétences d’analyses critiques face aux images qui peuplent leur quotidien.

    Toujours en ce qui a trait aux cultures populaire et juvénile, Kloé Montreuil partage ses découvertes et ses réflexions au regard des mangas. Elle relie d’abord les mangas, véritable phénomène au Japon, à l’histoire de l’art et à certains paradigmes en enseignement des arts. En outre, et afin de favoriser une meilleure compréhension interculturelle en classe d’art en lien avec le sujet, Montreuil traite aussi des notions d’ouverture et de décolonisation de l’art. Dans cette foulée, Émile Lacombe se penche sur le caractère cosmopolite de Montréal ainsi que sur la grande diversité culturelle et ethnique qui distingue la ville. Après avoir défini certains concepts liés à l’éducation interculturelle, il présente un modèle interculturel relatif à l’appréciation esthétique, notamment en tissant des liens avec l’œuvre Labour in a Single Shot créée par les artistes Antje Ehmann et Harun Farocki.

    Cette deuxième édition en ligne de la revue Vision fait aussi connaître des projets pédagogiques multidisciplinaires qui, en raison de leur qualité exceptionnelle, ont été mis en valeur dans la revue Vie des arts. Il s’agit des projets : Longueuil en papier à l’ère numérique : passe ton ciseau au suivant et Des portraits holographiques comme exutoires. Soulignons que la première initiative, conçue et réalisée par l’enseignante en art Cathy Jolicoeur et par la commissaire Marie-France Bégis, a reçu le Prix de reconnaissance Essor en 2021. Ce projet collaboratif a mobilisé plusieurs milieux et acteurs des mondes scolaire, culturel, artistique et scientifique de la région de Longueuil. Les jeunes participants ont alors été conviés à imaginer une version idéale de leur municipalité, une ville qu’ils ont souhaitée en phase avec les nouveaux médias tout en étant respectueuse de l’environnement. Le second projet, quant à lui, a été conduit par Véronique Perron et Ethel Laurendeau, toutes deux finissantes en enseignement des arts visuels et médiatiques (UQAM). Dans le cadre de l’inspirante initiative Des portraits holographiques comme exutoires, la parole a été donnée à des enfants et à des adolescents de la communauté de la coopérative Au pied du courant située dans le quartier Centre-Sud de Montréal. L’œuvre collective, intégrée à un dispositif holographique et s’alimentant au genre documentaire, a permis aux spectateurs d’entendre les témoignages touchants et évocateurs d’enfants s’exprimant à propos de leur expérience du confinement imposé par la pandémie de la COVID-19. 

    Notes du comité de rédaction : grâce à l’engagement de Gilbert Gosselin, le travail réalisé à l’hiver par Christine Faucher, pour constituer le présent numéro de Vision, a pu être finalisé (cette dernière a exceptionnellement dû s’absenter à partir du mois de mai). Nous remercions donc chaleureusement Gilbert Gosselin pour cette reprise de flambeau. Voici donc une belle lecture d’été en perspective pour les lectrices et lecteurs de la revue Vision à travers tout le Québec!

     

    S O M M A I R E

    L’APPROCHE TAB :
    SOUTENIR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPORTEMENTS ARTISTIQUES
    CHEZ L’ÉLÈVE DU PRIMAIRE ET DU SECONDAIRE

    Pedro Mendonça et Catherine Nadon

    LA DIMENSION RÉFLEXIVE:
    UNE DIMENSION FONDAMENTALE DE L’ENGAGEMENT
    Anne Deslauriers

    CULTURE DES JEUNES ET ARTS PLASTIQUES À L’ÉCOLE :
    POUR UNE APPROCHE CRITIQUE DES IMAGES

    Alexandre Côté-Martel

    UNE VILLE EN PAPIER À L’ÈRE NUMÉRIQUE
    Cathy Jolicoeur et Marie-France Bégis

    LES MANGAS EN CLASSE D’ART
    Kloé Montreuil

    PÉDAGOGIE INTERCULTURELLE ET APPRÉCIATION ESTHÉTIQUE  :
    RÉFLEXION ET APERÇU DES ENJEUX EN CLASSE D’ART

    Émile Lacombe

    PROJET « 33 TOURS À JOUR » :
    TIRER PROFIT DE L’INTÉRÊT DES ÉLÈVES POUR LA CULTURE POP VINTAGE

    Maude Houle-Robitaille

    DES PORTRAITS HOLOGRAPHIQUES COMME EXUTOIRE
    Véronique Perron et Ethel Laurendeau


    Rédacteurs en chef : Gilbert Gosselin et Christine Faucher
    Révision linguistique : Mathieu Neau
    Numéro 82 :  juin 2022

    Tous droits réservés © AQESAP

    Éditeur de la revue:
    Association québécoise des enseignantes et enseignants spécialisés en arts plastiques
    4545 avenue Pierre-De Coubertin, Montréal, QC, H1V 0B2
    Dépôt légal :
    Bibliothèque et archives nationales du Québec
    Bibliothèque et archives du Canada
    ISSN 2564-1042 (périodique numérique)

     

    Il n'est plus possible de laisser un commentaire pour cet article.

    AQESAP bandeau publicitaire Revuevision.ca
    revue-vision-publicite-brault-et-bouthillier
    bannière SMQ pour le site de Vision
    revue-vision-publicite-aqesap

    UNE VISION DE L’ART+

    UNE VILLE EN PAPIER À L’ÈRE NUMÉRIQUE

    Cathy Jolicoeur et Marie-France Bégis

    UNE VISION D'ENSEIGNEMENT

    PORTRAITS HOLOGRAPHIQUES COMME EXUTOIRE

    Véronique Perron et Ethel Laurendeau

    UNE VISION DE COLLABORATION

    UNE VILLE EN PAPIER À L’ÈRE NUMÉRIQUE

    Cathy Jolicoeur et Marie-France Bégis

    UNE VISION QUI SE QUESTIONNE