Dialogue avec l’espace

Les lieux favorables à l’expression plastique situés à l’extérieur de l’établissement : LES ESPACES PUBLICS ET PRIVÉS

par Dominique Carreau

Slider
Dominique Carreau

Dominique Carreau

Chargée de cours à l’UQAM, didactique des arts plastiques au préscolaire et au primaire

Biographie

Autres publications de cet auteur

(Suite des articles parus dans VISION 75 et 76)

L’environnement

Quelle belle aventure que celle de partir en petit groupe visiter le quartier.  Chaque lieu de sortie offre des particularités qui lui sont propres. Tout est intéressant à observer, les objets familiers, la végétation, les réparations de la rue avec les gros camions. On s’arrête et on regarde à partir d’un autre point de vue, c’est-à-dire celui du créateur.

Les jeunes sont entrés à la poissonnerie. Ils observent, sentent et touchent les reliefs et les textures. Les créations futures seront enrichies par ces expériences tactiles. À la bibliothèque, les albums jeunesse les inspirent sur plusieurs sujets.

En marchant sur la rue, ils observent l’architecture des maisons et des magasins. Puis, ces jeunes de 9-12 ans ont été invités à dessiner, à construire en carton découpé et à modeler en argile en s’inspirant des maisons qu’ils avaient observées.

Création

Il est possible d’exploiter le parc et le terrain de jeux comme lieux de création bien qu’ils ne soient pas conçus pour des activités d’arts plastiques. Le parc offre ainsi un grand espace pour une activité créative à plus grand déploiement qu’en classe. Ici, les enfants accompagnés de leurs parents ont été invités à peindre des parapluies. Cette jeune fille a projeté ou giclé la peinture en s’inspirant de Jackson Pollock sans aucune crainte de salir autour d’elle.

Les enfants trouvent fascinant le module de motricité extérieur certes pour y jouer, mais aussi pour y créer. Ce module offre une diversité de surface à différente hauteur et peut offrir des espaces intimistes. Le plaisir créatif se multiplie lorsqu’on leur apporte de grandes couvertures afin de transformer ce module en lieu symbolique géant tel que bateau ou château. Avec des consignes claires, ils acceptent de jouer le jeu de la création en toute sécurité.

Le poteau téléphonique offre un support vertical et arrondi où plusieurs créateurs à la fois peuvent s’y installer.

Des grandes sorties, comme les visites à la plage, à la ferme, au musée et les ateliers d’artistes, peuvent elles aussi donner lieu à la découverte de nouveaux espaces de création.

La plage de sable est sans contredit est un très grand espace pour créer à très, très grande échelle autant en largeur, en hauteur qu’en profondeur.

Une sortie éducative à l’écurie appartenant aux parents d’un élève, celui-ci tout fier fait visiter l’écurie à ses camarades de classe. Les enfants donnent de la nourriture au cheval puis, chacun leur tour, accompagnés d’un adulte, ils sont invités à peindre avec un pinceau puis à imprimer une de leur main sur le beau cheval blanc.

Près de l’eau ou dans un parc, il arrive de voir une installation réalisée par un sculpteur et, encore mieux, d’avoir le privilège d’être en présence de l’artiste en plein travail. L’enfant voit ainsi le déroulement des étapes de l’installation et peut aussi s’adresser directement à l’artiste. Ici, José Luis Torres met en scène des objets chargés de temps et de souvenirs qui font allusion à la démesure des possessions humaines qui, souvent, empêchent les gens de partir, d’avancer.

Nous ne saurions ignorer les lieux et les institutions consacrés à la création, à la diffusion et à la conservation de la culture et du patrimoine : les galeries, les centres d’art et les musées. Grâce à ces endroits, avoir accès à des œuvres, c’est faire un voyage en images, vers des pays imaginaires, imaginés. La plupart des musées en art visuel proposent des activités adaptées aux différents groupes d’âge des enfants. Une salle leur est destinée comme ici au Musée d’art contemporain.

L’animateur visite l’exposition avec eux puis, de retour à la salle, il leur propose de réaliser leur propre création en s’inspirant de la forme ou de la technique d’une œuvre appréciée. Les jeunes travaillent sérieusement comme les artistes professionnels.

Ces salles destinées à la création offrent des installations différentes qu’en classe. Souvent, ce sont de très grands espaces invitants, des murs sans surcharge visuelle et avec des créations en lien avec l’exposition en cours comme ici au Musée des beaux-arts de Montréal.

Cette activité de création du Musée d’art de Joliette propose de faire gicler la peinture en s’inspirant des expressionnismes abstraits et du «dripping», activité plus difficilement réalisable en classe. Il est aussi possible de dessiner dans les salles du musée afin d’y faire du dessin d’observation d’œuvres d’art.

La salle d’arts plastiques du Musée canadien des enfants situées dans le Musée canadien des civilisations à Gatineau dispose de tables colorées aux formes sinueuses et amusantes qui attirent le regard et suscite l’intérêt par son côté fantaisiste.

Au Musée d’art contemporain des Laurentides, pour découvrir l’artiste Bill Vazan, sa démarche de création et ses œuvres, l’animatrice aide les enfants à observer les œuvres en posant des questions et en proposant des activités ludiques. Puis, l’animatrice, les invite à vivre une expérience créative qui s’inspire de ce qu’ils ont vu. Toutes les expériences créatives seront rapportées à l’école afin qu’une discussion puisse objectiver les apprentissages.

Les artistes d’aujourd’hui veulent à leur façon exprimer, parfois même transformer, le monde par leur art. Dans l’atelier, l’œuvre prend naissance et progresse. Chez l’artiste Marie-Andrée Côté l’enfant accède au processus créateur : la naissance de l’idée, la source d’inspiration, la réalisation et l’emballage de l’œuvre pour éventuellement être transporté au lieu d’exposition.

L’atelier d’Yves Louis-Seize sculpteur sur métal s’exécute dans des ateliers bien dissemblables de celui du céramiste ou de la peintre Laurianne Simon Le Corre.

Les graveurs n’ont pas tous la même spécialité. Il y a la gravure sur bois, la lithographie, la sérigraphie, l’eau forte… L’outillage est spécifique à chacun. Ici, à l’atelier de René Derouin, nous voyons sa presse à eau forte qu’il utilise pour le bois gravé.

À la Fondation René Derouin des artistes professionnels en art visuel, des poètes et des musiciens sont invités à créer des œuvres in situ dans la forêt, Territoire Art-Nature des jardins du précambrien à Val-David. Durant tout l’été, les enfants avec leur famille et, à l’automne, les élèves des écoles primaires, secondaires, cégeps ou universitaires viennent voir ces œuvres et s’initier à l’art in situ. Ils visitent les œuvres en se promenant sur trois kilomètres de sentiers. C’est avec étonnement que les enfants s’adonnent à une véritable exploration des lieux dès leur arrivée. Ce qu’ils voient les oblige à interroger des valeurs familiales différentes et à élargir leur perception de la réalité (Sylvestre, 1989, p. 95).  Ce sont des espaces extraordinaires à découvrir, des « lieux du possible », des « es­paces de potentialités » à explorer. Puis, ils sont invités à créer. Une terrasse couverte leur a été aménagée. Un ou une animatrice propose un atelier de création de dessin ou de céramique. Puis, les créations collectives sont exposées elles aussi.

Pourquoi ne pas amener les jeunes visiter les classes universitaires en art visuel ? Moi, j’avais 12 ans quand ma mère m’amena à l’École des beaux-arts de Montréal. Les étudiants étaient en pleine activité de création. J’ai été d’abord surprise et puis fascinée par les espaces vastes des locaux. Puis, étonnée et séduite de voir ces artistes travailler au mur, debout à une table ou au chevalet! Certains même étaient assis sur les tables, d’autres par terre ou juchés sur des escabeaux. De mes yeux d’enfant,  je venais de découvrir que l’on pouvait aller à l’école sans toujours être assis sur une chaise derrière un pupitre. Cette journée-là, j’ai décidé que, plus tard, moi aussi, j’irais à l’École des beaux-arts et que je serais sculpteure.

Quand j’enseigne les arts plastiques, j’ai toujours gardé cette préoccupation sur l’espace de création : avoir de l’espace, de la liberté dans le choix du lieu, de la liberté de mouvement et avoir la permission de salir.

Mon expérience personnelle, enrichie des idées des jeunes, des éducatrices et des enseignantes, m’ont amenée à découvrir des lieux diversifiés, innovateurs et décloisonnés. D’où l’intérêt de cette recherche et de partager mes trouvailles.

Conclusion

Espérons que cette recherche vous donnera le goût d’adapter ces expérimentations à votre contexte et à la réalité de votre classe et qu’elle suscitera le goût de trouver d’autres idées. Espérons également que vous continuerez à être des « aménageuses d’espace », à être attentive et à vous émerveiller devant les choix spontanés de vos élèves.

Terminons en lançant cette invitation. Si vous faites la trouvaille d’un lieu intéressant, n’hésitez pas à communiquer avec moi afin d’échanger sur de nouvelles découvertes. Prenons rendez-vous et fixons-nous un endroit de rencontre pour discuter, car il va de soi que, même pour dialoguer, « tout commence par un lieu! »

dominiquecarreau@videotron.ca

Bibliographie

BRESNER, Noor-Zadé (1978).  Mon atelier magique.  Paris : Éditions Robert Laffont.

DANA, Jacqueline, DENNER, Anne (1973).  L’environnement de l’enfant,  Paris : Éditions du Seuil.

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. (2001). Programme de formation de l’école québécoise. Éducation préscolaire, enseignement primaire. Québec: Ministère de l’Éducation.

STERN, Arno, Lindbergh, Peter (2005)  Heureux comme un enfant qui peint, Éditions du Rocher. ISBN 2-268-05169-2

SYLVESTRE, Laurence (1989).  Enrichir l’enseignement de la troisième dimension au primaire en mettant en relation l’artiste, l’œuvre d’art actuel et l’éducation, Mémoire de maîtrise, Université du Québec.

Crédits photo:

Catherine Azzouzi, enseignante classe de 4e année, Commission scolaire de Montréal; Sylvie Bilodeau, éducatrice au CPE La Ciboulette; Charlotte Cauchies, L’atelier de Charlotte, Montréal;  Linda Ciot, conseillère pédagogique au CPE Gaminville à Laval; René Derouin, artiste multidisciplinaire; Sylvie-Luce Gauthier, enseignante à la maternelle 5 ans, Commission scolaire des Draveurs; Annick Deblois, conservatrice à l’éducation; Patricia Gauvin, chargée de cours à l’UQAM et artiste à l’école; Luc Guillemette, responsable des ateliers de création au Musée d’art contemporain de Montréal; Isabelle Gélineau, étudiante à l’UQAM; Lucie Huart, étudiante à l’UQAM; Elisabeth Kaczmar, mère; Suzie Nadeau, enseignante à la maternelle 5 ans, Commission scolaire des Draveurs Serge Pilon, éducateur en service de garde en milieu scolaire à la Commission scolaire des Affluents; José Luis Torres, sculpteur;  Dominique Carreau, chargée de cours à l’UQAM.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

AQESAP bandeau publicitaire Revuevision.ca
Slider

UNE VISION DE L’ART+

Spring Break 2018

Gilbert Gosselin et Marc Laforest

UNE VISION D'ENSEIGNEMENT

UNE VISION QUI SE QUESTIONNE